Selon les dernières statistiques partagées dans les différents médias et journaux togolais en ligne, le Togo est classé à la 7e place des producteurs mondiale du karité. En effet, d’après les chiffres révélés par le ministère de l’Agriculture, le Togo produit plus de 25 000 tonnes d’amandes de karité chaque année. Grâce à ce produit miracle, le Togo détient plus de 6 % du marché mondial, toutefois le pays projette de grimper à plus de 10 % pour les années à venir.

L’un des grands producteurs de karité au monde

Il est essentiel de mentionner qu’au niveau du marché togolais dans la production de karité, la société Nioto est le leader du marché. Afin de renforcer encore plus sa production et sous la recommandation du président de la République Faure Gnassingbé, plusieurs matériels et équipements ont été mis à la disposition des agriculteurs togolais. En outre, le gouvernement veut mettre en place une nouvelle stratégie dans la filière de production de la karité afin d’assurer une meilleure transformation locale du produit. En effet, un bon karité a de nombreuses vertus dans les cosmétiques, mais aussi dans l’alimentation.

La participation des produits non ligneux forestiers dans l’économie du pays

Vu l’importante place qu’occupe la production des produits forestiers non ligneux dans l’économie nationale togolaise, le gouvernement a envisagé de soutenir la production des PFNL afin d’augmenter le volume de leurs différentes transactions.
Dans ce cadre, une rencontre a été organisée afin de réunir les différents acteurs régionaux du secteur avec les pouvoirs publics et les partenaires internationaux. L’objectif principal de cette rencontre est de mettre en place un programme national qui assure la gestion durable des produits forestiers non ligneux permettant ainsi d’assurer un nouvel élan au secteur. Il est important de mentionner que dans la filière des produits forestiers non ligneux la compétitivité est encore jugée assez faible et le potentiel n’est pas encore apprécié à sa juste valeur.
Selon le ministère qui est chargé des ressources forestières, le programme qui est encore dans la phase de gestation vise avant tout de renforcer la commercialisation, la transformation, la production, la gouvernance, des produits comme le karité, consorts, le miel, la moringa et l’anacarde.