Le gouvernement togolais nourrit, depuis une vingtaine d’années, l’ambition légitime d’inscrire le Togo parmi les pays à revenu intermédiaire (renvoyant à la typologie de classement des pays par le GMB (Groupe de la Banque mondiale) au regard de leur revenu national brut (RNB) par habitant) à l’horizon 2026. Le pays dispose du potentiel essentiel pour la réalisation de cet objectif et peut, en outre, compter sur ses partenaires extérieurs, dont la Chine. Ainsi, le gouvernement de Faure Gnassingbé a entrepris de vastes réformes pour la mise en place d’un environnement favorable au développement du secteur privé et le redressement des cadres macro-économiques. Il est important de souligner que le secteur privé est le moteur principal de la croissance et de création d’emplois au Togo.
La République togolaise, de part sa position géographique, se présente ainsi comme la porte d’entrée à un immense marché de plus de 420 millions de consommateurs, celui de l’Afrique de l’Ouest. Ce pays est au carrefour des voies maritimes, aériennes et terrestres.
Ce positionnement géographique particulier fait de la République togolaise une destination de 1er choix pour les investisseurs étrangers.

Lomé, capitale de la finance

Au Togo, le secteur bancaire est en plein essor. Beaucoup d’établissements bancaires étrangers y ont ouvert leurs portes ces cinq dernières années. Ceux-ci accompagnent le développement économique d’un pays enregistrant, depuis quatre ans, près de 7 % de croissance, soit trois plus que la moyenne africaine. Le pays de Faure Gnassingbé veut créer un modèle de croissance inclusive. Le but ? Devenir une plateforme de services, doter le pays de grands projets de développement (habitats, véhicule de mobilisation des ressources financières, rails, etc.), une force d’exportation dans la sous-région et hub des affaires par excellence, multiplication des PME-PMI, industries de transformations, développement de l’Agribusiness et modernisation de l’agriculture.
Il est important de noter que plus de 15 000 sociétés ont été créées en 2018, contre seulement 7 200, 4 ans plus tôt. Forte de son développement économique, d’un déploiement des infrastructures et d’une urbanisation accrus, la République togolaise voit à ce jour l’émergence d’un tissu industriel et d’une classe moyenne dont les besoins en services financiers et bancaires se diversifient et croissent. Le taux de bancarisation au Togo est désormais le plus fort de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, passé de 5 % à 9 % ces trois dernières années.

Pourquoi s’implanter au Togo ?

Selon les journaux togolais en ligne, une amélioration permanente de l’environnement des affaires, une croissance en plein essor, un nouveau code des investissements qui offre plusieurs avantages aux investisseurs, bassin d’emplois qualitatif, ont été enregistré au pays, offrant ainsi un terrain favorable à l’implantation des entreprises privées.